Aider la lecture des enfants dyslexiques

Non classé
Views: 30

La réussite en lecture est souvent synonyme de réussite scolaire. Ainsi, les parents et les enseignants ressentent de la peur et de la frustration lorsqu’un enfant semble incapable d’apprendre à lire malgré son intelligence, sa curiosité et la qualité de son professeur. Cette situation est généralement le signe d’une dyslexie. La dyslexie signifie simplement « n’apprend pas à lire malgré une intelligence et une éducation normales ». Le cerveau des dyslexiques fonctionne à merveille sur tout, sauf sur les textes écrits et les chiffres écrits.

En savoir plus sur la dyslexie.

Les personnes dyslexiques peuvent apprendre à bien lire !

Les dyslexiques ont un style de pensée différent. Nombre des plus grands inventeurs, acteurs, scientifiques, musiciens, programmeurs informatiques et mathématiciens utilisent les forces de la dyslexie pour réaliser leurs découvertes. Heureusement, les recherches abondent sur le fonctionnement des cerveaux dyslexiques.

En utilisant les conseils ci-dessous, les élèves dyslexiques ont plus de chances de réussir à bien lire. Les élèves dyslexiques qui apprennent à lire avec ces outils deviennent souvent de meilleurs lecteurs que leurs camarades en quelques années ! Il se peut qu’ils aient toujours du mal à lire à l’oral. Mais ils sont nombreux à lire en silence beaucoup plus vite que la moyenne lorsqu’ils sont libérés de l’obligation de dire les mots ! Ne croyez pas que la dyslexie condamne une personne à être un mauvais lecteur toute sa vie, il est toujours possible d’aider un enfant dyslexique.

Soyez heureux de lire

Le premier et le plus important conseil de tous concerne l’approche que vous avez de la lecture. Si la lecture implique de l’anxiété, de la colère, des larmes, de l’évitement ou de la frustration, alors arrêtez. ARRÊTEZ ! Le fait de « pousser » ne fait qu’associer la douleur à la lecture. Faire de la lecture une punition est exactement le contraire de ce qui doit arriver ! Forcer un enfant à lire à haute voix avant qu’il ne soit prêt assure la honte et l’humiliation. De telles expériences encouragent l’enfant à éviter de lire autant que possible. Lisez plutôt les trois conseils suivants pour trouver de meilleures façons d’aborder la lecture.

Traverser la ligne médiane du corps

Cette astuce vient de la science de l’intégration sensorielle. Avant de lire, l’enfant peut jongler avec un animal en peluche ou traverser la rue en touchant les mains de ses genoux opposés tout en marchant en hauteur. La traversée de la ligne médiane du corps active les voies neurales entre les hémisphères du cerveau. Il est ainsi plus facile de se souvenir des choses apprises précédemment. La plupart des enfants aiment cela, ce qui rend la lecture amusante.

Impliquer les deux côtés du cerveau

Les jeux d’aptitudes cognitives qui utilisent les deux côtés du cerveau développent en fait de nouvelles voies neurales. Ceci, à son tour, augmente la vitesse de traitement et la résolution des problèmes. Cette méthode est bénéfique pour tout apprenant, mais elle est particulièrement efficace pour les élèves dyslexiques. L’apprentissage des échecs produit un effet similaire. La musique constitue un autre moyen puissant de renforcer les connexions cérébrales. La théorie musicale est mathématique et logique, tandis que l’exécution est créative et intuitive. Les deux côtés du cerveau réagissent profondément pendant l’étude de la musique ce qui peut constituer la voie parfaite vers la lecture pour un élève qui aime la musique.

Piste audio : l’arme secrète

Les enfants dyslexiques détestent lire à haute voix, pour de bonnes raisons. Plutôt que de forcer un enfant à lire à haute voix, laissez l’enfant lire en silence pendant qu’un adulte ou un livre audio dit les mots. De nombreuses applications font cela très bien. Certaines applications mettent même en évidence les mots ou les lignes au fur et à mesure de leur lecture. Un grand-parent qui aime lire à haute voix tout en montrant les mots ou la ligne est inestimable. De cette façon, l’enfant commence à associer sans douleur l’image du mot avec le sens, ce qui lui permet de développer son vocabulaire visuel et sa compréhension de la lecture. Les élèves dyslexiques réussissent ce couplage bien mieux que le reste d’entre nous. En fait, les recherches ont révélé que bien qu’il faille à un élève dyslexique 1000 répétitions pour apprendre un mot sur une carte flash, il suffit de 30 répétitions de ce mot dans son contexte (vu et entendu simultanément dans une histoire significative) pour que l’élève s’en souvienne. Oui ! La lecture silencieuse peut être enseignée en premier, et la lecture orale peut suivre plus tard si nécessaire. Grâce au support audio, les élèves dyslexiques peuvent lire autant de livres que leurs camarades. Cela permet aux élèves de rester en phase avec le vocabulaire et les connaissances littéraires tout en rattrapant leur retard en lecture.

Mais les élèves dyslexiques ne devraient-ils pas se concentrer sur la phonétique ? Non. La phonétique multisensorielle fait partie de tout programme de lecture décent, mais ce n’est pas suffisant. Les élèves dyslexiques ont besoin d’outils supplémentaires qui leur permettent de surmonter leur dyslexie en utilisant leurs points forts. Ils ont besoin d’activités qui leur permettent d’ajouter des voies neurales là où elles sont nécessaires. Par-dessus tout, ils ont besoin de lire pour s’amuser. La torture n’a jamais appris à personne à aimer la lecture.

Maintenant, vous avez tout ce qu’il vous faut pour commencer Ces quatre conseils vous permettent de commencer le merveilleux voyage qui consiste à apprendre à lire à votre enfant dyslexique. De nombreuses personnes ont réussi à apprendre la lecture à leurs enfants en se basant uniquement sur ces quatre conseils ! Mais il peut être utile d’allier ces conseils à d’autres méthodes.

You May Also Like

Comment enlever une lunette de WC rouillée ?
Comment bien porter une prothèse capillaire ?

Author

Must Read

Aucun résultat.

Menu